Le mois d’août est évocateur de repos, de vacances et de calme plat. Les gens sont en vacances et rougissent sur les plages bondées de monde, du sable entre les orteils. Évidemment, les habitudes changent durant cette période. Le rythme est ralenti, les horaires de repas plus souples et le Community Manager doit revoir toutes ses habitudes pour maintenir ses chiffres d’engagement. Néanmoins, 2016 est une bonne année, grâce à deux événements sportifs : La Coupe du Monde et les Jeux Olympiques, une aubaine pour votre marque.

Le sport est rassembleur, il suscite toujours le même engouement et les grandes surfaces l’ont bien compris, disposant en tête de gondoles téléviseurs géants et produits sponsors des événements sportifs. Une période propice pour les community managers puisque les amateurs y retrouvent le chemin de leurs écrans.

Le second écran, toujours plus populaire

Les Jeux Olympiques ont toujours été à la pointe des outils médiatiques. La radio et la télévision furent adoptés très rapidement, toujours dans l’idée de proposer l’événement à une audience internationale. Cette année, la diffusion des cérémonies d’ouverture et de clôture des jeux de Rio en réalité virtuelle marque un nouveau tournant de l’aventure des Jeux.

Les organisateurs des JO de Rio souhaitent que si l’édition de Londres a été celle des réseaux sociaux, celle de Rio sera celle du jeu sur téléphone portable, avec une conversation sur les réseaux sociaux accrue. Ils espèrent que 85% de leur audience proviendra des appareils mobiles. Selon une étude récente « ADI Best of the Best Europe », dans les cinq pays européens concernés, il y aurait six équipements connectés en moyenne par foyer, dont trois utilisés activement au quotidien.

Et en effet, plus de 80% des spectateurs utiliseraient un appareil connecté lorsqu’ils regardent les JO à la télévision. Cela permet de suivre les résultats d’autres événements en direct, de lire les commentaires sportifs en ligne et de réagir et soutenir son équipe sur les réseaux sociaux.

En 2012, lors des JO de Londres, Twitter avait rapporté le chiffre de 150 millions de tweets sur les Jeux durant la période de 16 jours, avec comme point culminant la médaille d’or d’Usain Bolt avec près de 80 000 tweets par minute.

Bien avant le démarrage des JO de Rio, l’application officielle avait déjà été téléchargée plus de 800 000 fois à travers le monde. Elle permet de suivre l’événement depuis les coulisses au travers de live-blogging et de contenus multimédias.

Mais pour suivre encore de plus près l’aventure, peut-être vaut-il mieux suivre les comptes de réseaux sociaux des athlètes que vous admirez. Une grande partie des sportifs postent des tweets réguliers depuis le village olympique ou depuis les lieux de compétitions, partageant leur entrainement. Ils interagissent avec les fans et leur permettent de partager leur expérience.

Les règles de publications sur les Réseaux Sociaux pour votre marque

Si un tel succès donne rapidement des idées de détournement à certains community managers, il convient toutefois de s’assurer de quelques règles essentielles. Si les événements sportifs majeurs tentent de conserver une image bon enfant, ils n’en restent pas moins des actions marketing de premier ordre. Ainsi, si votre marque n’est pas sponsor officiel des Jeux Olympiques de Rio (en gros, si vous n’êtes pas Coca-Cola, Nike, Visa et consorts), il y a tout un vocabulaire que vous n’avez pas le droit d’utiliser dans vos publications du 27 juillet au 24 août.

Ainsi, vous n’avez pas le droit d’utiliser les termes suivants :

  • Olympique
  • Olympien
  • Team USA (à adapter selon votre pays)
  • Future Olympian
  • Gateway to gold
  • Go for the gold
  • Let the games begin
  • Paralympic
  • Pan Am Games
  • Olympiad
  • Paralympiad
  • Pan-American

Vous n’avez pas le droit d’évoquer des références aux lieux des JO, comme par exemple :

  • Road to Rio
  • Road to Pyeongchang
  • Road to Tokyo
  • Rio 2016
  • Pyeongchang 2018
  • Tokyo 2020

Pire, les détournements comprenant un bout du mot Olympique sont interdits ! Vous ne pouvez évidemment utiliser aucun des logos de l’événement, ni poster aucune photo si vous êtes sur place. Les photos et vidéos que vous aurez prises sur place sont pour votre usage personnel. Vous ne pouvez pas mentionner les athlètes dans vos tweets, même pas leur souhaiter bonne chance, ni poster le moindre résultat. Même les retweets des comptes officiels sont interdits ! Enfin, les gifs animés sont également prohibés.

Que risquez-vous si vous enfreignez ces règles ? Cela va du simple courrier vous pressant de supprimer votre contenu au procès en bonne et due forme.

Autant dire qu’il va falloir être créatif pour espérer profiter de la ferveur des Jeux sur les réseaux sociaux ! Vous souvenez-vous du tweet de la marque Oreo durant la dernière édition du Super Bowl ? Alors qu’une panne de courant frappe le stade de la Nouvelle-Orléans, la marque de biscuit poste le tweet suivant :

Oréo JO 2016

La marque n’était pas sponsor de l’événement pourtant, sans le citer, elle se permet de se glisser sous la lumière des projecteurs (pourtant éteints à ce moment précis !). La réactivité, l’ingéniosité et la pertinence du message auront valu beaucoup plus que les plus gros budgets publicitaires ce jour-là.

On pourra également souligner l’idée de génie de l’organisation Sprankel ABSL qui travaille auprès des enfants souffrants de troubles d’apprentissage, dont la dyslexie. En collaboration avec l’agence FLEXUS, ils lancent le #RIOCorrector qui se charge de « corriger » vos tweets comprenant des mots interdits par le CIO.
The Rio Corrector

Ainsi, notre message « Nous souhaitons bonne chance à tous les athlètes français lors des Jeux Olympiques de Rio » devient « Nous souhaitons bonne chance à tous les athléets français lors des Ejux Olmypiques de Roi #RIOCORRECTOR ». Si le partage d’un tel message ne présente que peu d’intérêt en réalité, c’est une excellente idée pour mettre l’association en avant durant cette période sportive et d’encourager les dons. Vous aurez remarqué qu’il s’agit simplement de lettres inversées, rappelant la dyslexie.

Si le contexte des JO, en plein coeur de l’été, permet de voir une audience souvent perdue dans des zones sans couverture réseau revenir sur les réseaux sociaux, l’aubaine pour les community managers est toutefois assombrie par la censure du marketing des JO. Néanmoins, comme toujours, avec un peu d’astuce et d’à-propos, vous pourriez bien faire la différence et apporter à votre marque un regain de visibilité et plus d’engagement. Plus que toutes les compétences techniques et les gros budgets, la créativité est notre plus grand atout, c’est du moins ce que nous croyons à Cybelimage !